Journal de prison “Dans 5 heures Je verrai Jésus” par Jacques Fesch

2014-056 Jacques Fesch AssassaintPresentazione:
Jacques Fesch (1930-1957) fu condannato a morte per l’uccisione di un poliziotto, nel corso di una rapina in una banca, nel 1954. Durante la detenzione, Jacques Fesch , ritornò alla fede cattolica, nella quale era stato battezzato, e poi educato. La notte prima di essere impiccato (1 ottobre 1957), scrisse un diario commovente (“Tra 5 ore, vedrò Gesù”), che consegnò al proprio avvocato. Il libro, pubblicato prima in Italia, e poi in Francia e molti altri Paesi, è diventato caso letterario e religioso. E’  in corso, promossa dalla Diocesi di Parigi, il processo di beatificazione. Qui di seguito presentiamo, prima la dedica che scrisse all’unica figlia amatissima, Véronique, nel libro di cui abbiamo parlato prima, ” Tra 5 ore, vedrò Gesù”; e quindi la descrizione emozionante della sua conversione.

2014-057 Jacques Fesch Memento

“Ma petite fille chérie, Ceci est mon Journal, tout mon bien, que Je te lègue à défaut d’autres biens , que les pères ont cutume de donner à leurs enfants”

Une conversion :
Samedi 3 août
    Joie, joie, joie, et grâce soient rendues à Dieu. Depuis trois jours j’ai de nouveau la foi. Non pas qu’elle m’ait jamais quittè entièrement, mais avec le temps et les épreuves, elle s’ètait confortablement installée dans une tiédeur que mȇme l’enfer, dit-on, n’apprecie pas. Pour la deuxième fois dans ma vie, les écailles me tombent des paupières et je connais à nouveau combien le Seigneur est doux. Il faut bien sūr que je te raconte auparavant comment j’ai trouvé le Christ pour la première fois. C’était un soir dans ma cellule, il y a de ça bientot trois ans. Malgrè toutes les catastrophes qui sìètaaient abattues sur ma tētedepuis quelques mois, je restais athée convaincu et mēme  essayant par amusement de convertir mon avocat à la negation de toute vie de l’esprit hors du corps. Je me souviens encore de mes puissant arguments intellectuels que j’avais glanès un peu partout et qui me smblaient irréfutables. Anatole France est très fort à ce sujet :< Dieu étant amour absolu et toute puissance, il a cependant créé un monde imparfait et des hommes qui l’ont renié dès leur création. Il ne pouvait certes l’ignorer, ou sans cela il ne serait pas tout-puissant, et s’il le savait et qu’il l’ait fait quand mēme, c’est qu’il n’est pas si bon que ça …>. Or ce soir là, j’étais dans mon lit,  les yeux ouverts et je souffrais réellement pour la première fois de ma vie avec une intensité rare, de ce qui m’avait été révélé touchant certaines choses de famille, et c’est alors qu’un cri jaillit de ma poitrine , un appel au secours : < Mon Dieu> et instantanément, comme un vent violent qui passe sans qu’on sache d’où il vient, l’esprit du Seigneur me prit à la gorge. C’est pas une image, on a réellement la sensation que la gorge se resserre ; et qu’un esprit rentre en soi, trop fort pour l’enveloppe qui le reçoit . C’est une impression de force infinie et de douceur qu’on ne pourrait supporter ttrop longtemps. Et à partir de ce moment-là, j’ai cru, avec une conviction inébranlables qui ne m’a quittè depuis. J’ai commencé à prier et à diriger mes pas vers le Seigneur avec una volonté soutenue par des graçes toutes puissantes. Tout me semblait facilité, chaleur et lumière. Dieu était prodigue de consolations de toutes sortes que dans mon enthousiasme et mon zèle je pensais mériter par mes invocations répétées. Lorsque le Seigneur s’empare d’une âme, il ne le fait pas chichement, mais avec la profusion d’un grand seigneur. Il marque son bien d’une façon indélébile pour qu’au moment de l’épreuve et de l’abandon apparent nous puissions continuer nos efforts sur l’élan que cette impulsion première nous a donné.   Il est impossible pour celui qui a reçu cette prise de possession, de l’oublier à jamais. Et mēme si les tentations ou la faiblesse de la chair finissent par transformer le chrétien brūlant en une ouaille, il lui resteratoujours au fond de la mémoire le souvenir de ces heures de paix et de parfaite félicité. Pendant six mois environ j’ai cherché le Seigneur, m’imposant de longues prières et une méditation de tous les instants. Et plus je progressais, plus l’esprit me comblait de ses dons. Je me souviens notamment des méditatiosn que j’avait faites sur les < Sept chateaux de l’âme > de sainte Thérèse d’Avila., et sur le dernier stade de la perfection : l’union de l’âme avec Dieu. J’ai cherché moi aussi à gravir les sept compartiments, et je me rends compte maintenant que tout ce qui m’a été donné était hors de proportion avec ce que je pensais alors mériter. Cette phase de félicité facile s’est terminée un soir par une union brève mais intense avec Dieu que je n’oublierai jamais. Ensuite ce fut la secheresse relative, tout était devenu dur, sombre et lointain, avec quelques petits élans passagers comme des oasis dans le désert et l’effort que je fournissais me semblait vain et inutile. Et puis ce fut le lent écroulement de mes bonnes résolutions, l’effondrement de mon zèle, je finis par croupir dans un marais de mollesse, d’indifference paresseuse, et de dégoût pour tout effort, tout en restant parfaitement convaincu des vérités de la foi. Autrement dit je savais où était le bien, mais ne le faisais pas,parce que j’étais las et faible et que les épreuves que je devais traverser me semblaient trop fortes pour ma résistance. J’avais la foi sans les oeuvres et suis resté sans cet état jusqu’à cette semaine. Mais maintenant victoire ! Les temps sont courts et le travail que j’ai à faire long. Alors courage ! “.

Trait du livre   < Dans 5 heures Je verrai Jésus : Journal de prison  > par Jacques Fesch. Editions du Jubilé Sarment ; pages 95-97.

2014-048 Marville-Prison_de_la_Sante-1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

One thought on “Journal de prison “Dans 5 heures Je verrai Jésus” par Jacques Fesch

  1. Jacqueline Rossitto
    27 giugno 2019 at 23:26

    Il n’est jamais trot tardi pour retourner a la foi et as avoir confiance en Dio ,parce que nous le savons que en Dieux est notre victoire notre vie Eternelle

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *